CHRONIQUE : Bekar, le rappeur qui défia l’orage.

Rédigé par Fatou Y.

Venu tout droit de Roubaix, Bekar, de son vrai nom Alexandre Becquart débarque dans le rap en 2019 avec son premier projet Boréal.

C’est avec la rage de faire de sa passion le centre de sa vie que le rappeur développe son art jusqu’à la sortie de son premier album en 2023, Plus fort que l’orage. Revenons sur la carrière de l’enfant du Nord.

Bekar

Du pinceau au mic

Bekar commence à écrire ses premiers textes de rap dans ses années collèges. Lui qui a grandi sous les influences du rock qu’écoutait son père est vite tombé sous le charme des rimes et des sonorités offertes par le rap. Mais ce dernier va rester pendant un très long moment une simple passion pour l’artiste qui va entamer des études de graphisme. Pour autant, le rap prend de plus en plus de place dans sa vie. Il fait donc le choix de se consacrer pleinement à son art et abandonne l’idée de devenir dessinateur.

Comme un signe du destin, Bekar fait des rencontres déterminantes lors de ses débuts, notamment celle de STO. Il se familiarise également avec le producteur Lucci, les rappeurs lillois Balao et Salek et celui qui deviendra son manager, Raphaël. Ensemble, ils vont fonder le label NorthFace Records dans lequel il sortira son tout premier projet, Boréal. Composé de 12 titres, dont un featuring avec Balao, il permet au rappeur lillois de présenter une première de carte de visite aux auditeurs.

Lunatic, L’Entourage, LTF et le Panama Bende sont autant d’influences qui construiront son rap et cela se fera ressentir tout au long de sa jeune discographie.

Entre égo-trip et mélancolie, Boréal ouvre sur le monde du jeune BE qui cherche à extérioriser ce qu’il cache au plus profond de lui : une démarche exutoire qui va l’accompagner tout au long de sa carrière. Mais ce premier projet va également permettre au rappeur de se lier à un individu qui va donner un nouveau tournant à sa musique.

Un nouveau step

Après la sortie de Boréal, Bekar va ainsi rencontrer Antoine Guena, plus connu sous le nom de Fonky Flav’ et qui est le cofondateur du label Panenka Music. Quelques mois plus tard, le label annonce la signature du rappeur. C’est un nouveau tournant pour Bekar qui sortira son deuxième projet en 2020, Briques rouges. Faisant référence à la ville où il a grandi, il continue son évolution en livrant toujours plus de lui dans ces morceaux et fait voyager les auditeurs dans les différents paysages du nord.

Un projet de 18 titres, où le jeune rappeur va continuer de partager sa vision de lui-même et du monde qu’il l’entoure. Toute la beauté de son art réside dans cette volonté omniprésente d’être le plus honnête possible dans sa musique. Cela lui permet de parler de ses craintes. Véritable hommage à la ville de Roubaix, Bekar veut plus que jamais montrer à son public qu’il est un pur produit du nord.

Travailleur acharné, il envoie en 2021 la première partie de son 3ème projet, Mira. En 2022 sortira la dernière partie Mirasierra. Une véritable évolution sera ressentie tant dans les productions toujours aussi mélancoliques que dans ses textes aussi limpides que l’eau. Il invite plusieurs artistes sur ce projet comme Zkr, Georgio ou encore Roshi. Mais pas le temps de se reposer pour le roubaisien qui prépare son tout premier album.

Plus fort que l’orage, le signe de la détermination

Mars 2023, Bekar sort le tout premier album de sa carrière, Plus fort que l’orage. Un nom de projet lourd de sens pour l’artiste qui souhaite affirmer toute sa détermination. Cette bataille contre un élément aussi ravageur que l’orage est une manière pour lui de parler de son combat contre lui-même. Cet album est composé de 18 titres sublimés par un casting XXL : PLK, Myth Syzer, Zinée ou encore Sto, Konga, SIMA et Sreen.

Il développe dans ce projet ses doutes, ses questionnements mais il met toute sa sensibilité à l’œuvre pour également aborder ses relations familiales, amicales et amoureuses. On pense par exemple à l’outro du projet, Au-dessus d’un Airbus, où il rend hommage à son grand-père qu’il a perdu.

Symboliquement, l’orage gronde au début du projet comme ses démons intérieurs. Le rappeur dévoile une palette artistique très riche qui nous présente à la fois sa mélancolie et ses espoirs. Il nous guide dans la vie du jeune roubaisien sous toutes ses couleurs, cela se ressent notamment comme le titre Razorlight, clin d’œil aux musiques de son enfance ou encore Eric Koston qui rappelle l’époque où le rappeur squattait dans les rues de sa ville.

Un beau chemin se poursuit donc pour Bekar, qui a su définir rapidement l’univers de sa musique. Faisant voyager dans une ambiance lilloise immersive, il n’a pas encore fini de montrer au public l’étendue de son art. Après une première tournée dans toute la France, le rappeur a annoncé son premier Olympia le 7 et 8 novembre 2024.

En attendant, allez découvrir la discographie du rappeur roubaisien !

Derniers Articles

DansLaCiudad